Mise en circulation des produits phytosanitaires

Les produits phytosanitaires protègent les plantes contre les organismes nuisibles. La CFSB prend position sur la mise en circulation de produits phytosanitaires contenant des micro-organismes pathogènes ou de petits invertébrés (macro-organismes). Elle évalue les répercussions possibles sur les êtres humains, les animaux et l’environnement.

Flocter

Le produit phytosanitaire Flocter a pour substance active la bactérie du sol Bacillus firmus I 1582, qui a été isolée dans des terres agricoles en Israël. Flocter est déjà autorisé et utilisé depuis plusieurs années dans certains pays européens ainsi qu'aux États-Unis et en Israël. Ce produit est un nématicide employé pour lutter contre les œufs de divers nématodes à galles et de nématodes libres ; la bactérie B. firmus qu'il contient colonise la rhizosphère et protège les jeunes plantes contre les nématodes. En Suisse, il est prévu d'utiliser Flocter dans les cultures maraîchères, pour les concombres (serres) et les carottes (plein champ) ainsi que pour le tabac (plein champ). La CFSB estime que ce produit n'a pas à long terme d'effets néfastes indésirables sur les êtres humains, les animaux et l'environnement.

Prise de position du 9 septembre 2014 concernant la mise en circulation de Flocter (en allemand)

Aphidius matricariae, Ephedrus cerasicola et Praon volucre

Il s'agit dans les trois cas de guêpes parasitoïdes des pucerons. Les trois espèces sont issues de souches sauvages, collectées en Belgique, mais également présentes dans d'autres pays européens. Aphidius matricariae, Ephedrus cerasicola et Praon volucre ont un large spectre d'hôtes. En Suisse, il est prévu de les utiliser dans des serres, pour combattre différentes espèces de pucerons qui s'attaquent aux légumes (tomates, aubergines, herbes aromatiques, courges, etc.) et aux cultures de baies ainsi qu'aux plantes ornementales. La CFSB est d'avis que ces espèces de guêpes prédatrices ne présentent aucun risque notable pour les êtres humains, les animaux et l'environnement.

Prise de position de la CFSB du 17 décembre 2013 concernant la mise en circulation de Aphidius matricariae, Ephedrus cerasicola et Praon volucre (en allemand)

Amylo-X

L'Amylo-X a pour substance active la bactérie Bacillus amyloliquefaciens subsp. plantarum, souche D747. À l'origine, la souche de la bactérie a été isolée au Japon. L'Amylo-X est un fongicide, notamment utilisé pour lutter contre la pourriture grise dans les vignes, les cultures maraîchères et les cultures de baies, ainsi que pour combattre diverses espèces de sclérotinia et le mildiou dans les cultures de salades. Bacillus amyloliquefaciens subsp. plantarum, souche D747 fonctionne grâce à une combinaison de plusieurs mécanismes, p. ex. la compétition – qu'elle remporte – avec les organismes phytopathogènes pour obtenir plus de nourriture et d'espace. Des lipopeptides et des protéases ayant aussi un effet fongicide sont par ailleurs produites : elles augmentent la perméabilité de la membrane des champignons et dégradent leurs structures lorsqu'ils s'attaquent aux feuilles des plantes. La bactérie Bacillus amyloliquefaciens est présente naturellement dans l'environnement et n'a pas d'effet négatif connu sur les êtres humains, les animaux et l'environnement.

Prise de position de la CFSB du 2 avril 2013 concernant la mise en circulation d'Amylo-X (en allemand)

Nemasys G 

Nemasys G a pour substance active les nématodes parasites Heterorhabditis bacteriophora, souche GPS11. Les formes de juvéniles infectieux de H. bacteriophora s'introduisent dans l'organisme cible et y libèrent une bactérie symbiotique (Photorhabdus luminescens). Celle-ci contient des toxines qui tuent les organismes cibles. Il est prévu d'utiliser Nemasys G pour les gazons de sport et d'agrément, afin de lutter contre les larves de hannetons horticoles (Phyllopertha horticola). Les nématodes parasites H. bacteriophora  sont autorisés en Suisse en tant que substance active ; ils sont employés avec succès pour combattre les ravageurs et se trouvent déjà dans plusieurs produits commercialisés en Suisse. La CFSB estime que Nemasys G ne présente aucun risque pour les êtres humains et l'environnement.

Prise de position de la CFSB du 10 septembre 2012  concernant la mise en circulation de Nemasys G (en allemand)

Prestop

Le Prestop a pour substance active le champignon Gliocladium catenulatum souche J1446. Il concurrence les champignons nuisibles pour l’habitat et les nutriments. Le Prestop est utilisé pour lutter contre plusieurs maladies fongiques attaquant les fraises, différentes variétés de légumes et des plantes d’ornement. L’espèce Gliocladium catenulatum est répandue dans le monde entier. La souche J1145, qui a été isolée dans le sol finlandais, est utilisée dans plusieurs pays de l’UE. Selon la CFSB, rien n’indique que l’utilisation du Prestop pourrait mettre en danger les êtres humains, les animaux ou l’environnement. Elle a émis un avis favorable concernant la demande d’autorisation. 

BioAct

Le BioAct a pour substance active le champignon du sol Paecilomyces lilacinus souche 251, qui parasite les nématodes au stade d’œuf et aux stades immobiles. Le BioAct est utilisé pour lutter contre les nématodes cécidogènes des racines, généralement avant la plantation, c’est-à-dire par traitement du sol. Cette substance, qui est déjà autorisée en Europe et aux Etats-Unis, fait partie des nématicides les mieux étudiés. Dans son évaluation, la CFSB s’est penchée en particulier sur un pouvoir pathogène possible de la souche 251 pour l’être humain. Elle a conclu que le risque pour les êtres humains, les animaux et l’environnement est faible et que la mise en circulation du produit peut être autorisée. 

Proradix

Le Proradix a pour substance active la bactérie Pseudomonas sp. souche DSZM 13134. Celle-ci n’appartient pas à une espèce connue. Elle est considérée comme une nouvelle espèce appartenant au groupe des Pseudomonades fluorescentes car elle est très proche de Pseudomonas fluorescens. Le Proradix est utilisé pour désinfecter les plants de pommes de terre afin de les protéger des champignons du sol pathogènes. Selon la CFSB, la demande d’autorisation de mise en circulation repose en trop grande partie sur des études concernant P. fluoresecens et accorde une importance insuffisante à la souche effectivement employée. Dans son avis, la CFSB a exposé des arguments à l’appui de cette évaluation. Elle a renoncé à rendre un avis sur l’autorisation de mise en circulation du Proradix. 

Madex I12, Madex Max, Madex Top, Madex Twin et Carpovirusine Evo 2

Ces produits phytosanitaires ont pour substance active différentes souches du virus de la granulose du carpocapse. Ils sont utilisés pour lutter contre les larves du carpocapse du pommier (Cydia pomonella). Les virus de la granulose du carpocapse sont répandus dans le monde entier; on les rencontre partout où se trouvent leurs insectes hôtes. Ils appartiennent à la famille des baculovirus. L’origine de l’isolat du virus utilisé et son efficacité biologique ainsi que le spectre de ses organismes hôtes sont des éléments importants pour l’évaluation de la CFSB. Celle-ci a donné son aval à la mise en circulation des différents produits.

Helicovex

L’Helicovex a pour substance active le nucléopolyhédrovirus Helicoverpa armigera (HearNPV). Le  HearNPV, qui appartient à la famille des baculovirus, agit spécifiquement contre les larves du ver de la capsule (Helicoverpa armigera), un nuisible qui attaque des plantes cultivées très variées (coton, maïs, blé, tabac, laitue, tomate, poivron, fruits à noyau, agrumes, etc.). Les baculovirus sont généralement attachés à un hôte bien spécifique et agissent exclusivement contre les arthropodes. Ils n’infectent pas les êtres humains et les vertébrés et ils ne se reproduisent pas dans les cellules des vertébrés (y compris les cellules humaines). Comme ils ne présentent pas de risque notable pour les êtres humains, les animaux et l’environnement, la CFSB a donné son aval à la mise en circulation de l’Helicovex.

Eretmocerus mundus et Eretmocerus eremicus

Ces deux produits sont des macro-organismes vivants. Eretmocerus mundus et Eretmocerus eremicus sont des espèces d’hyménoptères parasites qui attaquent les larves des mouches blanches. Ils sont utilisés dans les cultures maraîchères et l’horticulture ornementale. Ces deux organismes, qui figurent sur la Liste d’agents de lutte biologique largement utilisés dans la région OEPP de l’Organisation Européenne et Méditerranéenne pour la Protection des Plantes (OEPP), sont utilisés depuis de nombreuses années dans plusieurs pays européens. La CFSB a donné son aval à la mise en circulation de ces deux produits.

BlossomProtect

Le BlossomProtect agit contre la bactérie Erwinia amylovora. Il est utilisé pour lutter contre le feu bactérien des fruits à pépins. Il contient un champignon semblable à une levure, Aureobasidium pullulans, qui est un antagoniste naturel de l’agent pathogène du feu bactérien. Les études sur la production d’antibiotiques d’A. pullulans et les effets que cela induit sur les organismes non ciblés sont des éléments importants pour l’évaluation de la CFSB. Comme un certain nombre de questions étaient encore en suspens, la CFSB a d’abord donné son aval à une mise en circulation limitée dans le temps du BlossomProtect. Une fois la démonstration faite que la souche d’A. pullulans employée dans le BlossomProtect ne produit pas d’antibiotiques, la CFSB a rendu un deuxième avis, dans lequel elle donnait son aval à la mise en circulation à durée indéterminée du BlossomProtect.

Agree WP

Ce produit phytosanitaire a pour substance active la bactérie Bacillus thuringiensis var. aizawai. L’Agree WP est utilité pour lutter contre plusieurs espèces de chenilles nuisibles dans les cultures fruitières, la viticulture, l’horticulture ornementale et la sylviculture. Bacillus thuringiensis var. aizawai forme dans le tube digestif des chenilles nuisibles des cristaux d’endotoxine qui les tuent. Les cristaux d’endotoxine ont une action très spécifique si bien qu’il est improbable qu’ils aient des effets sur des organismes non ciblés. La CFSB estime que la mise en circulation de l’Agree WP ne présente pas de risque pour les êtres humains, les animaux et l’environnement. Elle a donné son aval à la mise en circulation de l’Agree WP.

Début de la page
Last edition: 06.11.2018

Contact

Commission fédérale d'experts pour la sécurité biologique (CFSB)
Tél.: +41 (0)58 463 03 55
Tél.: +41 (0)58 463 23 12
Fax: +41 (0)58 464 79 78
info(at)efbs.admin.ch

Adresse postale

Secrétariat exécutif CFSB
c/o Office fédéral de l'environnement
CH-3003 Berne

Emplacement

Worblentalstrasse 68
3063 Ittigen

Horaire des transports publics
Entrez "Papiermühle" comme destination


Informations complémentaires